DBAN ne doit surtout pas être testé

En lisant un billet sur le blog de Genma que je suis depuis un moment où il était question d’un utilitaire d’effacement de données, ma curiosité habituelle a été attisée.

Il s’agit de DBAN, un utilitaire qui boot (sur clé ou CD) afin d’effacer les disques durs à recycler ou simplement à jeter afin de ne pas laisser des données "s’échapper dans la nature". Comme j’ai été confronté à la situation il y a peu pour remettre de vieux PC d’entreprise sous GNU/Linux pour les recycler, je trouvais l’idée intéressante et voulait voir à quoi ça ressemblait et les différentes options disponibles (comme détaillé dans le billet sus-mentionné). Donc, je télécharge l’ISO, je la mets sur ma clé MultiSystem sur laquelle je mets toutes les distributions que j’installe ou teste et c’est parti.

Ça démarre, ça détecte le matériel, c’est un peu long mais bon, il faut bien déterminer tous les supports pour faire le boulot et puis d’un coup, il m’affiche les différents disques et des pourcentages de progression et là je me rends compte qu’il commence la suppression sans nullement m’avoir demandé mon avis sur ce qu’il y avait à faire. Il a dû travailler moins d’une minute, le temps que j’essaie de l’arrêter et que je fasse un hard reboot désespéré. Résultat : je me retrouve totalement à poil. Toutes les tables de partitions ont été remises à zéro : mes deux disques durs avec mes données, archives et différents OS (anciens, actuels et de test) ainsi que la clé USB.

Heureusement, j’ai un CD live de xubuntu dans un coin pour redémarrer et constater les dégâts. Il n’y a pas de problème, l’effacement est diablement efficace et les utilitaires de base (testdisk, gpart, ...) n’ont absolument rien retrouvé comme trace de partition ou de données. Heureusement aussi, j’ai un disque externe de sauvegarde qui n’est branché que pour les sauvegardes mensuelles (ou éventuelles restaurations).
Merci l’utilitaire Back In Time qui m’a correctement sauvegardé mes dossiers de données et auxquels on peut accéder directement pour aller chercher par exemple l’ISO de la distribution qu’on veut réinstaller. La restauration est un peu longue mais disons que le "sinistre" ayant eu lieu il y a 24h, j’ai a peu près tout remis d’équerre, il me reste la semaine de boulot qui n’avait pas été sauvegardée à refaire et quelques mails disparus (heureusement lus et traités).

Conclusion : ne testez pas DBAN, ça fonctionne très bien, et si vous en avez besoin, mettez le sur CD et ne branchez aucun périphérique de stockage sur la machine à passer à l’eau de Javel. Je trouve très bête qu’aucun message ne prévienne de l’action qui sera réalisée et demande l’accord pour démarrer. Ironie du sort, l’auteur ne garantit pas la suppression des données mais aucun warning prévient que le lancement du logiciel va faire le ménage.
Donc, voici l’avertissement manquant : ne faites pas comme moi !

Haut de page