Entre discussions de comptoir et jargon d'expert

Ce billet va s’adresser plus particulièrement aux auditeurs de podcasts mais peut, dans une certaine mesure, s’adapter à toute publication de contenus.

À l’époque du podcast NipSource, on m’avait proposé d’y participer, j’avais alors décliné l’invitation pour un certain nombre de raisons mais notamment pour le fait que l’émission était, soit trop discussion de comptoir, soit trop pointues techniquement. J’avais ressorti mon argument de discussion de comptoir lorsque j’ai fait un retour sur les premiers épisodes de l’Apéro des Papas Manchots. Je pensais devoir m’en expliquer lors de ma première participation mais j’ai été happé dans l’équipe sans avoir à y revenir.

Voici pour moi les 4 niveaux d’analyses lorsque l’on participe à une discussion (dans un podcast notamment) mais aussi lorsque l’on présente une vidéo ou que l’on écrit un billet de blog :

  • l’avis personnel ; je ne connais pas trop de sujet mais je donne quand même mon avis, j’aime/j’aime pas, j’y crois/j’y crois pas, du haut de mon expérience et de ma vision du monde, voici ce que je pense, ma prédiction, etc. Comme dirait l’autre, les avis, c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un. S’il peut éventuellement intéresser quelqu’un de proche, il n’a pas forcément grand intérêt pour le reste de la population.
  • le retour d’expérience ; j’ai vécu ou essayé quelque chose et je donne mes impressions, ce que j’ai apprécié ou pas, ce qui a marché ou pas. Ici, on est toujours dans une part de subjectivité mais c’est du vécu et on a affaire à une expérience utilisateur qui peut être intéressante pour ceux qui ont fait la même expérience (comparer les similitudes ou différences) ou pour ceux qui voudraient aussi faire la même expérience. Éventuellement, ce retour peut aussi donner envie de tenter l’expérience sans l’avoir envisagé ou alors d’abandonner l’idée.
  • l’avis éclairé ; un amateur ou un passionné qui se renseigne sur tout ce qui se passe dans le domaine abordé va donner un avis en faisant la synthèse de ses connaissances et en donnant des arguments fiables, historiques, sourcés. Il va pouvoir se détacher de son avis subjectif pour évaluer une situation selon la tendance. C’est un avis précieux car construit et dont on pourra reprendre les arguments.
  • le regard d’expert ; il va être apporté par quelqu’un dont c’est le métier ou qui baigne vraiment dans le sujet. Il a de grande chance d’être très complexe à comprendre car fait à partir de mots et d’acronymes inconnus du grand public et sans recontextualiser ou expliquer les bases. Il sera intéressant pour les personnes très avancées dans le domaine ou s’il est un bon vulgarisateur. Sinon, il faudra qu’il y ait quelqu’un capable de toujours demander des précisions dès que le niveau s’élève trop. A contrario, plus il devra expliquer des choses simples moins cet expert aura du plaisir à partager car c’est la technicité qui l’intéresse.

Pour moi, un propos va être intéressant lorsqu’il se situe dans la 2ᵉ et 3ᵉ catégorie, les autres non modérés risquent rapidement d’être trop subjectifs ou abscons. D’ailleurs, ça me fait penser que la télé ne me manque pas sans doute parce que les journalistes se contentent souvent de ce genre d’avis en interrogeant des stars ou des experts mais en évitant surtout les arguments documentés ou une quelconque réflexion approfondie.

Haut de page